le bébé

Reconnaître les pleurs de bébé

Beaucoup de parents se retrouvent démunis devant les pleurs de leur nouveau-né qui ne sont pas toujours facile à reconnaître.Quelle angoisse de ne pas comprendre! A-t-il mal, faim ou tout simplement besoin d’être rassuré? Voici quelques trucs et astuces.

 

Pourquoi les bébés pleurent-ils?

Le point essentiel à retenir est que votre bébé ne sait pas encore parler. Qu’il ait envie d’un câlin, mal au ventre ou besoin d’être changé, il va pleurer. De plus, vous l’avez peut être remarqué mais tous les pleurs ne se ressemblent pas. Rassurez-vous avec le temps, ils vous apparaîtront de plus en plus clairs et vous excellerez en matière de décryptage. 

 

A la naissance

Dès sa venue au monde, le bébé va pousser son premier cri. Celui-là, en général, on l’aime bien! Il nous rassure et on se dit que bébé va bien. En effet, il permet aux poumons de se remplir d’air et donc à bébé de commencer son adaptation à ce nouveau milieu. Les pleurs qui surviennent les jours voire les semaines qui suivent, nous font davantage paniquer (surtout quand c’est un premier). On les aime moins!

 

Les jours et les semaines qui suivent

Gardons à l’esprit que les pleurs sont le seul mode de communication que le bébé possède. Ce ne sont en aucun cas des caprices (comme souvent l’entourage aime le souligner). Les caprices n’existent pas chez les bébés. S’il pleure, c’est qu’il y a quelque chose.

Tout d’abord, essayez de ne pas paniquer mais de prendre le temps de l’observer, l’écouter. C’est essentiel. Votre bébé va vous livrer plusieurs indices. Il faut prendre ce temps car c’est avec celui-ci que l’on apprend à décrypter les pleurs. Il peut y avoir plusieurs causes:

  • intestinales: les fameuses coliques qui sont très souvent à l’origine
  • le stress
  • l’environnement
  • la position du bébé.


 

L’accouchement difficile

N’oubliez pas que les bébés sont des éponges. Un accouchement difficile ou mal vécu, un environnement stressant (conflits, entourage non présent ou à l’inverse trop envahissant…) impacteront directement le bébé. Il ressent toutes ces émotions qui peuvent augmenter ses pleurs. 

Prenons l’exemple d’une césarienne dite en urgence car le bébé est en bradycardie (ralentissement du rythme cardiaque), la maman est bien souvent inquiète pour son bébé « est-ce qu’il va bien? », le papa est inquiet pour sa femme et son bébé « vont-ils bien? » et le bébé dans tout ça? Il comprend que papa et maman sont inquiets. De plus, bien souvent après la césarienne, nombreuses sont les femmes qui se culpabilisent de « n’être même pas capable de mettre un enfant au monde ». Faisons un peu de mathématiques (simple, je vous rassure):

1 maman inquiète + 1 papa inquiet + 1 maman qui culpabilise = 1 bébé qui a de bonnes raisons de pleurer un peu plus!

Dans ce cas précis, il est important pour la maman et le papa de comprendre le pourquoi de cette césarienne, qu’ils puissent poser les questions nécessaires pour comprendre ou tout simplement parler, livrer à l’équipe (voire la psychologue du service de maternité) ce qui a été difficile, juste pour déposer ce qu’il y a à déposer à ce moment et ne pas rentrer avec tous ces sentiments et les conséquences qui en découlent.

Et surtout mesdames: DECULPABILISEZ! Si vous aviez pu faire différemment, vous l’auriez fait, n’est-ce pas? Donc fichez-vous un peu la paix et acceptez d’AVOIR FAIT CE QUE VOUS POUVIEZ A CE MOMENT.


 

Différencier les pleurs

Il existe plusieurs petits tests faciles et rapides qui vont aideront un petit peu à y voir plus clair.

  • La faim: test des points cardinaux

Touchez du bout du doigt les 4 points cardinaux des commissures des lèvres de votre bébé (au milieu de la lèvre supérieure, milieu de la lèvre inférieure, commissure gauche puis droite). Si votre bébé réagit en tournant la tête en direction du doigt, il a certainement faim.

  • Le câlin, réconfort: si votre bébé se calme quand vous le prenez dans les bras, c’est qu’il a certainement besoin d’un câlin. Parfois, ils se calment aussi quand on les change de position ou lorsqu’ils aperçoivent un visage amical.
  • La couche : pensez à regarder et à la changer régulièrement

Et si vraiment, il est difficile pour vous de ne pas paniquer et de prendre le temps de l’observer, soyez logique et utilisez votre bon sens en procédant par élimination:

  1. Quand a-t-il mangé pour la dernière fois?
  2. Dois-je changer la couche?
  3. A-t-il besoin d’être rassuré, pris dans les bras?

Souvent si ces items sont assouvis, bébé se calme. On estime qu’un bébé de moins de 24 mois a des pleurs excessifs quand il pleure plus de 3 heures par jour, dans ce cas, il est nécessaire d’aller consulter un pédiatre ou un généraliste.

 

Astuces pour calmer les pleurs

Essayez de:

  • quantifier les pleurs
  • être disponible: consacrez du temps aux pleurs. Si vous l’entendez pleurer, n’allez pas tout de suite le chercher, observez-le: comment se comporte-t-il? Quelles sont ses mimiques? Est-il bien positionné? 
  • faire adopter des positions à votre bébé pour le calmer

Les recommandations actuelles conseillent de faire dormir bébé sur le dos. Cela ne veut pas dire, qu’il n’a pas le droit de changer de position au cours de la journée tout en le surveillant. Dites-vous que votre bébé était dans votre ventre, bien contenu, ressentant tous ses contours, une fois dehors, couché sur le dos, il se sent perdu et a besoin d’être à nouveau contenu et rassuré.

Les positions pour bébé

Sur le ventre: mettre votre bébé sur le ventre est excellent. Les mouvements de ses jambes vont venir masser son ventre et donc diminuer les douleurs intestinales. De plus, cette position permet de développer son tonus et sa musculature. N’hésitez à le laisser 30 à 45 minutes dans cette position tout en restant à ses côtés. Observez-le et voyez comment il réagit.

La position du Bouddha: mettez votre bébé assis en soutenant sa tête et repliant ses jambes

La position du Pharaon: ramenez les bras de bébé sur son thorax avec votre main et penchez-le légèrement en avant sur votre main. On peut même bouger doucement son bassin si on se sent à l’aise. Cette position rassure le bébé, lui rappelle quand il était in utero et le calme, la plupart du temps, instantanément.

 

Voici une vidéo de la maison des maternelles qui illustre parfaitement bien ces positions.

 

En conclusion, soyez cool! Rassurez votre bébé et faites lui sentir que tout va bien. En plus de toutes ces astuces, n’hésitez pas à vous procurer une écharpe de portage et à changer d’air. Allez faire un tour! Ce sera souvent autant bénéfique pour le bébé que pour vous. Le portage est quelque chose qui calme votre bébé et surtout libère vos bras (et oui, parce que des fois, on en a besoin!). Mettez également le papa a contribution: papa ne sent pas le lait et peut donc calmer parfois plus aisément bébé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code