la maman

Les débuts de l’allaitement

 

« L’allaitement c’est naturel !» Euh oui…on l’entend souvent celle-là. C’est sans doute vrai mais je dirais que C’ETAIT sans doute vrai avant, au tout début de l’humanité, quand nos cerveaux n’avaient pas l’habitude de s’activer autant que maintenant et faire en sorte qu’on se pose continuellement un milliard de questions.

Il est vrai que ça peut être évident et naturel pour certaines mais carrément moins pour d’autres.

En fait, je trouve que l’allaitement c’est comme l’informatique : quand ça marche, c’est cool, c’est chouette mais quand ça ne marche…quelle galère !

Donc pas de panique. Il y a 2-3 petits trucs de base à savoir.

En matière d’allaitement, il y a plusieurs théories qui s’affrontent. Chacun et ainsi que chaque professionnel y va de son expérience, son apprentissage et son vécu personnel. Déjà que ce n’est pas toujours clair, autant rajouter du flou dans tout ça !

Bien sûr, l’idée de cet article n’est pas de vous donner une recette miracle (je sens votre déception là). Ce n’est tout simplement pas possible car on s’adresse à de l’humain. Et que dans ce domaine, on ne peut pas faire de généralités. Nous sommes tous différents à plusieurs niveaux.

Dans l’allaitement, beaucoup beaucoup de variables rentrent en compte : la façon dont s’est passée la naissance, la maman, le bébé, l’encadrement de l’équipe soignante, l’environnement…

La seule règle qui peut s’appliquer à toutes est : « Je fais de mon mieux avec les cartes de l’instant, le reste ne m’appartient pas».

Donc faites au mieux pour bébé et vous et le reste on met de côté. SURTOUT ne vous mettez pas une pression d’enfer. Essayez vraiment mais ne vous rendez pas malade. Au final, cela doit être un moment sympa même si c’est vrai que les débuts ne sont pas toujours simples.

 

A l’hôpital: le démarrage

En général, c’est là que tout débute. Que vous ayez pris des cours de préparation à la naissance ou non, le séjour est fait pour vous accompagner dans vos premiers pas de parent.

La première tétée peut se faire déjà en salle d’accouchement peu après la naissance ou alors plus tard, dans votre chambre à la maternité.

Le premier truc à savoir est que si votre bébé agite sa petite langue faisant mine de dire « miam, miam », comme un petit chat, c’est qu’il se laisserait bien tenter par une tétée. Observez-le donc et au moindre signe, appelez l’équipe pour que l’on vous aide.

Cela ne veut pas dire que vous n’êtes pas capable. C’est juste qu’au début de l’allaitement, la POSITION du bébé est essentielle. En une tétée, il peut vous blesser le mamelon s’il est mal positionné donc autant éviter un mauvais départ.

Le premier jour

La plupart des bébés tètent très peu les premières 24 heures qui suivent leur naissance. Eh oui…ils ont également travaillé dur pour sortir donc ils sont aussi un peu fatigués. Ils se reposent et paraissent bien sages comme des anges…méfiez-vous…c’est le calme avant la tempête !

Soyez à l’écoute de votre bébé et n’hésitez pas à faire du peau à peau. Il favorise l’allaitement mais pas que!

Le deuxième jour

Et voilà que l’ange se métamorphose en ogre ! « Mais il tète tout le temps ! » Il ne s’arrête plus et met vos seins à rude épreuve… Ne vous découragez pas. Cela ne veut absolument pas dire que vous n’avez pas assez de lait. C’est une phase tout à fait normale même si pas très évidente, je vous l’accorde.

L’ange a dormi et vous avez passé notre temps à le regarder, l’admirer car étonnement vous n’aviez pas sommeil. Et maintenant, les rôles sont inversés. Vous rêveriez de dormir et lui pas… Courage !

N’hésitez pas et continuez à solliciter l’équipe : « Est-ce qu’il est bien mis au sein ? » « je n’en peux plus » « pourquoi réclame-t-il encore ? »….

Les tétées vous paraissent longues et elles le sont. C’est parce que votre sein produit du colostrum. Il est comme de la gelée royale, il y en a peu mais c’est super précieux ! Alors votre bébé est obligé de téter et téter pour obtenir quelques gouttes de ce précieux nectar.

La montée de lait

Entre le 2ème et le 4èmejour après la naissance (la naissance étant considéré comme J0) apparaît la fameuse « montée de lait ».Pour faire simple, vos seins sont tendus, ils ont pris du volume et vos veines apparaissent tels des réseaux autoroutiers. Et là, c’est open bar pour bébé.

La montée de lait peut passer inaperçue chez certaines femmes et être très douloureuse pour d’autres. Le truc principal à retenir est « bébé un max au sein, pour drainer et soulager la tension ». Vous allez entendre votre bébé avaler de grosses gorgées, signe qu’il se nourrit bien. Et la durée des tétées se racourcissent.

Là encore, demandez de l’aide et des conseils qui peuvent grandement vous aidez dans certains cas.

Si vous êtes rentée à la maison, ce qui arrive souvent de nos jours avec les durées d’hospitalisation de plus en plus courtes, n’hésitez pas à contacter une sage-femme libérale ou la maternité.

La suite

Après la montée de lait, la tension dans les seins diminue. Votre colostrum est « devenu du lait ». Le rythme des tétées va progressivement se mettre en place.

Le plus important est de ne pas se mettre une pression inutile, dormir le plus possible et de se faire accompagner en cas de besoins. Il y a des formidables sages-femmes et/ou consultantes en lactation autour de vous. N’hésitez pas à les contacter si le besoin s’en fait sentir.

Je vous conseille également le site de la Leche League qui est une véritbale mine d’or d’informations concernant le sujet de l’allaitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code