la femme

A quoi sert une sage-femme?

“C’est le plus beau métier du monde!” Voilà souvent la réaction que le métier de sage-femme suscite mais il reste cependant mal connu. On connaît la sage-femme qui est à l’hôpital et qui accompagne les mamans et les papas lors de la venue au monde de leur enfant mais on ignore bien souvent la large palette que cette profession englobe.

 

La sage-femme à l’hôpital

La plupart du temps, le premier contact avec une sage-femme a lieu lors de la première grossesse: si des petits soucis pendant la grossesse surviennent ou le jour J, lorsque bébé décide de venir au monde. Elle prend soin de la femme et du bébé afin d’assurer qu’ils soient tous les deux en bonne santé. On découvre alors véritablement ce métier « Ah! Mais la sage-femme fait tout ça!? ».

Elle va accompagner le couple dans cette nouvelle aventure. Elle va avoir un rôle bienveillant, englobant presque maternant permettant ainsi, à la maman d’avoir un véritable soutien (s’ajoutant bien évidemment à celui du conjoint) et de se sentir en sécurité.

Lors d’un travail et d’un accouchement “physiologique” (c’est-à-dire se déroulant parfaitement « normalement »), la sage-femme va accompagner la femme en travail et l’aider à mettre au monde son enfant sans avoir besoin de l’aide du gynécologue. Mais son travail ne s’arrête pas là!

 

 

La sage-femme libérale

Autre facette, un peu moins connu: la sage-femme libérale. Lorsque je me suis installée en libérale, j’étais stupéfaite de découvrir l’ignorance de mon entourage. Mes amis, à peine trentenaires, me posaient sans cesse la question «Mais tu vas faire des accouchements dans ton cabinet? » «Euh, non…tout sauf ça». Le métier de sage-femme ne s’arrête pas qu’à l’accouchement.

Une sage-femme peut:

  • Vous accompagner dans un désir de grossesse avec ce qu’on appelle des consultations pré-conceptionnelles. Une sorte de « préparation à être enceinte » qui implique la maman, certes, mais aussi le papa. Préparer son corps sainement à la venue d’une grossesse en faisant un «point santé», en apportant des conseils et en prescrivant des vitamines pour limiter le risque d’anomalies. 

 

  • Suivre les grossesses dites physiologiques: la sage-femme peut vous accompagner dès la survenue d’une grossesse (prise de sang après test de grossesse, déclaration de grossesse…) et tout au long, tant que la grossesse se passe bien. Vous n’êtes pas obligées de consulter absolument un gynécologue. Vous avez le CHOIX de votre praticien. Si un problème devait survenir, la sage-femme travaillera soit en collaboration avec un gynécologue, soit celui-ci prendra le relais.

 

  • Faire l’entretien prénatal précoce au 4ème mois de grossesse. Cet entretien permet de mieux se préparer à la maternité en parlant de ses interrogations, ses ressentis, ses angoisses… (100% pris en charge par la sécurité sociale).

 

  • Suivre les grossesses pathologiques (contractions précoces, retard de croissance, diabète…): la sage-femme peut se déplacer à votre domicile est faire les monitorings nécessaires au suivi, toujours en collaboration avec le gynécologue et sur ordonnance.

 

  • Faire des cours de préparation à la naissance: la préparation classique, l’haptonomie, le yoga prénatal, la préparation psychique, la piscine, le chant prénatal, l’hypnonatal….

 

  • Le suivi après l’accouchement lors du retour à la maison (prado): répondre aux questions des « nouveaux » parents, s’assurer de la bonne santé de la maman et du bébé. Elle répond également à toutes les questions liées à l’allaitement.

 

  • La visite post-natale: 6 à 8 semaines après l’accouchement, cette consultation permet de faire le point sur votre santé, vérifier que tout est rentré dans l’ordre et parler de contraception.

 

  • La rééducation périnéale: je suis d’accord, ça ne paraît pas passionnant mais ô combien important! Il est primordial de remuscler « l’intérieur » avant de remuscler « l’extérieur » pour éviter les dégâts à long terme.

 

  • Le suivi gynécologique: tout comme chez le gynécologue, la sage-femme assure le même suivi (pour les femmes en bonne santé). Elle peut également soigner les petits bobos gynécologiques (types mycoses…).

 

  • Prescription de contraception (pilule, implant, stérilet, anneaux…) et également la pose/retrait des implants contraceptifs, des stérilets.

La sage-femme s’occupe donc des femmes avec des désirs de grossesse, de leurs grossesses mais également des femmes de façon générale, de l’adolescence à la ménopause.

En plus des libérales, de plus en plus d’hôpitaux proposent des consultations faites par des sages-femmes. La très grande majorité sont conventionnées, c’est-à-dire, qui n’appliquent pas de dépassement d’honoraires donc remboursés par la sécurité sociale. Dans le cas de la grossesse, les soins sont pris à 100% en charge par la sécurité sociale du 6ème mois de grossesse à 12 jours après l’accouchement. 

Aller chez une sage-femme libérale ou à l’hôpital ne vous coûtera pas plus cher. De plus, les délais pour un rendez-vous sont moins longs que chez le gynécologue. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code